Comme vous le savez déjà peut-être, je voue un culte aux shampooings secs Batiste. Ayant les cheveux longs, épais et bouclés, je passe un temps fou lors de l’étape du shampooing. Entre le lavage, le démêlage, le séchage et le lissage, 3/4 d’heure se sont facilement écoulés. C’est donc tout normal que je préfère parfois le matin céder aux sirènes du shampooing sec, dans l’idée notamment de dormir 45 minutes de plus. La réputation des Batiste n’étant plus à faire de mon côté, j’ai choisi de donner sa chance à une nouvelle marque, Colab, créée par la youtubeuse Ruth Crilly (inconnue au bataillon pour moi, ceci dit), dont la promesse de ces shampooings secs est de ne laisser aucun résidu blanc dans les cheveux. Sachant que je bataille souvent avec les Batiste pour éliminer la moindre de ces traces blanches disgracieuses (oui, ça se voit tout autant sur les cheveux blonds), l’idée était plutôt alléchante. Alors, convaincue ?

Colab - Shampooing Sec Tropical

Avant de passer à la réponse qui fâche (ou pas), petit tour du propriétaire. Les shampooings secs Colab se présentent sous forme d’un vaporisateur classique, à l’image des Batiste. Plusieurs parfums sont disponibles (Tropical, Exotic, Fruity, Original, Fresh…), je possède le Tropical dont l’odeur est fraîche et fruitée, plus agréable que le Brit de Batiste. De ce fait, les coloris du packaging changent en fonction de la version choisie. Bref, concernant l’emballage et le fonctionnement du produit, la marque ne fait pas plus dans l’originalité que ses comparses, s’étant visiblement plus axée sur la formulation de ce produit, a priori révolutionnaire puisque sans traces blanches.

Colab - Shampooing Sec Tropical #2.jpg

Alors, oui, ce shampooing sec ne laisse pas de traces blanches lorsqu’on le diffuse sur les cheveux. Et pour cause, il ne s’agit non pas d’une poudre mais plutôt d’une brume assez humide et invisible, qui va imprégner les cheveux, et qui a tendance à induir en erreur concernant le dosage du produit.
Je m’explique : ne voyant pas de substance poudreuse sur mes cheveux (bien que je savais en avoir pulvérisé pas mal et que je sentais mes cheveux humides), j’ai souhaité en rajouter. Ben oui, l’idée c’est quand même d’absorber le sébum. Sauf qu’à partir de là, mes cheveux étaient littéralement recouverts de produit, d’où les traces blanches que vous voyez sur les photos. Comble de l’échec, la matière était trop présente par rapport au sébum, donc difficile à absorber et à estomper, j’ai dû sortir la brosse pour ôter le moindre résidu et recommencer sur de bonnes bases. Bref, premier essai : échec cuisant. 

Colab - Shampooing Sec Tropical #1

Pour le second essai, j’ai joué la carte de la prudence : à savoir vaporiser petit à petit. Comme la matière de ce shampooing sec est humide, il faut la laisser sécher le temps de 3-4 minutes, afin qu’elle absorbe le sébum et qu’elle imprègne bien les cheveux. Une fois les cheveux « secs », ils font propres, comme s’ils venaient de sortir du shampooing (avec la légèreté en moins toutefois, qu’on se le dise). L’avantage également de cette matière quasiment liquide, c’est qu’elle ne cartonne pas les cheveux comme cela le fait habituellement avec les Batiste, par exemple. En fait, il faut vraiment bien doser et savoir être patiente, laisser le produit (et la magie) agir.

Colab - Shampooing Sec Tropical #3

Concernant l’efficacité, je la trouve néanmoins moins époustouflante que les Batiste. Oui, les cheveux paraissent propres après le séchage et l’estompage du produit, mais au fil de la journée, et surtout le lendemain matin, il est grand temps de faire un vrai shampooing. Avec les Batiste, je pourrais être généralement tranquille une journée de plus (mais je cède toujours à l’appel du shampooing). De ce fait, cela n’est qu’un détail mais il me paraissait important de le souligner si jamais vous avez l’habitude d’être tranquille au moins deux jours après avoir mis du shampooing sec.

En résumé, oui, la promesse de l’absence de résidus blancs est tenue, tant que l’on ne diffuse pas trop de matière sur les cheveux. Ceci dit, le gain de temps sous-entendu par l’absence de ces résidus à éliminer est annulée par le fait qu’il faille laisser sécher le shampooing sec après application. Donc, au final, on n’est pas forcément plus gagnante qu’avec un shampooing sec classique. J’imagine que si vous êtes brune, vous aurez tendance à vous tourner vers le Colab car vous n’aurez pas à galérer avec d’éventuelles traces blanches, mais au final le procédé ne sera pas plus rapide qu’avec un Batiste, un Ultra Doux ou un Toni & Guy.  Personnellement, je pense retourner aux Batiste après avoir terminé celui-ci, je n’ai pas été soufflée par le produit au point de changer de marque sachant que tout va déjà bien avec les premiers.

Colab - Shampooing Sec Tropical

Avez-vous déjà testé cette marque ? Portez-vous souvent du shampooing sec ?

À très vite,
Jade