Je vous présentais le mois dernier un concealer Bourjois qui avait tout pour plaire, hormis peut-être le fait qu’il n’y ait pas assez de teintes parmi la gamme (oui, trois, c’est un peu court pour un anticernes). Celui que je vais vous présenter aujourd’hui, c’est tout le contraire : il y a l’embarras du choix pour trouver la teinte qui vous corresponde. Malgré ce gros point positif, le Naked Skin d’Urban Decay n’a pas su totalement me convaincre. Je vous en parle plus en détail ci-dessous.

LE TOPO DE LA MARQUE 

« Camouflez vos imperfections, même les plus insolentes. Ce Correcteur Anticernes Naked Skin confère une couvrance uniforme sur mesure au fini semi-mat lumineux. Ultra-légère, cette formule haute technologie fond telle une seconde peau et apporte une couvrance complète en un instant. Pour une couvrance complète, n’hésitez pas à travailler la matière sur la peau ; peu importe la quantité appliquée, le Correcteur Anticernes Naked Skin s’étire parfaitement. »

LE PACKAGING

Urban Decay n’a plus rien à prouver en la matière, les packagings des produits de la marque sont souvent bien pensés. Le correcteur est donc réservé dans un fin tube de verre (qui laisse donc apparaître la quantité de produit en transparence), surmonté d’un bouchon argenté qui se dévisse. Il laisse place à un applicateur mousse, plutôt bien fichu, mais qui a tendance à laisser pas mal de matière sur le goulot. Par accumulation, celle-ci a vite fini de couler le long du tube. Ce n’est pas grave en soi, mais lorsqu’on voyage, une catastrophe est vite arrivée, d’autant plus lorsque le contenant est en verre.

Urban Decay - Naked Skin Concealer #2

Concernant la contenance, on a affaire à 5ml de produit, cela ne paraît pas énorme (le Bourjois contient 7.8ml) mais on peut réellement s’en servir durant une éternité, compte tenu de la faible quantité nécessaire à chaque application. Enfin, personnellement, je n’ai jamais terminé un anticernes (je suis une girouette aussi, mais bon). Aussi, ce que j’apprécie avec cet anticernes, c’est que le tube est tellement fin qu’il ne prend pas de place contrairement au Bourjois, mais ça reste une affaire de goût.

L’EMBOUT

Comme dit plus tôt, on a affaire à un embout mousse ; comme la plupart des anticernes du marché. Celui-ci ne déroge pas à la règle, il est peu épais, un peu long mais pas trop, et surtout très fin. Il accède assez facilement au coin interne de l’œil sans mettre de la matière partout dans ce dernier. Je trouve néanmoins qu’il a tendance à accumuler beaucoup de produit et qu’il délivre, par conséquent, trop de matière sur le cerne. Il faut donc prêter attention à bien essorer l’applicateur avant de le poser sur la peau. Pour le coup, je préfère l’embout mousse du Bourjois, qui est légèrement biseauté donc s’adapte à la forme du contour de l’œil.

L’APPLICATION

La texture est très liquide à mon sens, et surtout elle sèche très vite. Vous avez à peine le temps de poser la matière à différents endroits du cerne, qu’elle a commencé à sécher et se figer au premier endroit. C’est assez déstabilisant et ça incite à vite travailler le correcteur, sous peine de vraiment galérer à l’appliquer. D’ailleurs, si la matière a commencé à sécher, ne l’étirez surtout pas sinon elle va directement filer dans les plis et plus marquer le cerne que le camoufler. Sachant que j’ai des cernes creusés je cherche une matière assez crémeuse qui permette de combler ce creux plutôt que de l’accentuer, c’est peine perdue avec ce concealer. De même, je trouve qu’il accentue les petits plis et autres ridules, comme l’atteste la photo ci-dessous.

Urban Decay - Naked Skin Concealer #7

De plus, que ce soit au doigt comme au pinceau, je trouve l’application un brin laborieuse. Urban Decay dit que l’on peut étirer la matière à l’infini, je ne suis pas d’accord. Je trouve déjà le résultat plus joli lorsque l’on tapote même si la matière a toujours du mal à se fondre avec le fond de teint, on distingue toujours deux produits différents, ce qui me rend folle. J’ai l’impression de ressembler à un panda, façon yeux blancs et teint noir.

LA TEINTE & LA COUVRANCE

Ayant acheté ce concealer en février, si je me souviens bien, j’avais à cette période un vrai teint de lavabo. Je m’étais donc dirigée vers la teinte la plus claire de la gamme, il me semble, la Fair Neutral. Déjà qu’elle est trop claire pour l’hiver, alors pour cette saison ce n’est pas la peine d’y penser. Également, je trouve la teinte un peu trop jaune, pour un neutre, d’autant que j’ai un sous-ton rosé. Au moins, on peut saluer le panel de teintes conséquent que propose Urban Decay, que sont loin de faire toutes les marques.

PicMonkey Urban Decay - Naked Skin Concealer #5

Concernant la couvrance, je suis mitigée. La couleur permet de masquer les cernes colorés, quoiqu’elle reste relativement légère. En revanche, si l’on attend de cet anticernes qu’il comble des cernes un peu trop creusés, la matière n’est pas assez épaisse pour faire l’illusion. En revanche, si vous avez des cernes peu marqués ou dans le cas contraire, des poches ; cela devrait plutôt bien marcher. Néanmoins, dans mon cas, on n’y est pas. À noter d’ailleurs que cet anticernes se révèle asséchant sur le long terme.

Urban Decay - Naked Skin Concealer #6

LA TENUE

Au niveau de la tenue, il tient bien au fil de la journée ; à condition que vous l’ayez poudré sinon il va directement filer dans les plis (dans les deux heures suivant son application). Cela dit, si poudré, il tient toute la journée et s’oxyde légèrement, le côté jaune ressortant de plus en plus au fil des heures. C’est le vrai bémol de ce Naked Skin Concealer.

BILAN

Bon, si je suis passée du Naked Skin Concealer au Radiance Reveal Concealer, ce n’est pas pour rien. Le Bourjois est bien plus efficace, couvrant malgré un éventail de teintes pas assez développé à mon goût mais le Urban Decay me laisse un peu sur ma faim côté couvrance et tenue, et même au niveau de la teinte qui s’avère trop jaune pour un correcteur censé être neutre. Au final, je lui préfère de loin le Bourjois, qui est bien plus efficace pour un prix bien moins cher. (Oui, j’ai conscience d’avoir plutôt fait un article battle que revue).

Avez-vous déjà testé le Naked Skin Concealer ? Quel anticernes utilisez-vous actuellement ?

À très vite,
Jade

Vous pouvez retrouver le Naked Skin Concealer de Urban Decay au prix de 23 € sur le site de la marque.