Coucou tout le monde !

L’article d’aujourd’hui est placé sous le signe des manucures et du soin à apporter à ses ongles entre chaque. Rien de bien novateur, mais je vous propose de découvrir pas à pas ma routine entre deux manucures.

Comme vous le savez déjà, s’il y a quelque chose dont j’ai du mal à me passer, c’est du vernis à ongles. Les ongles nus, j’ai beaucoup de mal avec ça, il faut dire que je ne trouve pas mes mains très jolies, cela doit jouer. Outre cela, je trouve que les ongles non manucurés, ni soignés donnent un aspect négligé à l’apparence. Cela peut vous paraître totalement superficiel, mais croyez-moi qu’avoir de jolies mains joue beaucoup selon le métier que vous exercez. D’où mon petit article pour vous informer sur la façon dont je soigne mes ongles, et mes mains en général.

attirail-routine-ongles

  • J’évite tout dissolvant à base d’acétone

Certes, rien ne résiste à l’acétone, ni le gel ni les paillettes mais cela fragilise tellement les ongles. Sans parler de nous asphyxier le temps d’ôter toute trace de vernis ! Fort heureusement, il y a désormais de moins en moins de dissolvants avec acétone sur le marché, ce qui me permet de ne pas avoir à trop checker les compositions en magasin. D’ailleurs, je prends le dissolvant sans acétone de Monoprix, à l’huile d’amande douce. Il démaquille bien mes ongles et ne les fragilise pas plus que cela.

  • Je nettoie toute trace de dissolvant à l’aide d’eau savonneuse

Cette étape peut paraître futile mais elle se révèle assez indispensable car elle permet de bien nettoyer les mains et d’ôter toute trace éventuelle de dissolvant sur les ongles. Car, s’il en reste d’accroché sur vos ongles, vous pouvez être sûre que votre prochaine manucure ne durera pas longtemps.

  • Je lime les bords libres

Il m’arrive de les couper au coupe-ongles lorsque mes ongles sont trop longs mais c’est vraiment rare. Je privilégie la lime, qui est moins agressive quoique plus fastidieuse. Faites attention, lorsque vous vous limez les bords libres, à toujours aller dans le même sens. Si vous faites des mouvements de va-et-vients, votre ongle sera sujet aux dédoublements et vous serez bonne pour une cure de durcisseur. Ah, et petit détail mais qui a toujours son importance, choisissez plutôt une lime en carton, moins dure pour les ongles.

  • Je repousse les cuticules avec un bâton de buis

Cela prend deux secondes, c’est parfaitement indolore et bien plus joli qu’une manucure aux cuticules coupées. Et surtout cela protège de toute infection en cas de blessure ! Les cuticules ont une utilité et ne sont pas vilaines donc n’y touchez pas. Pour plus de facilité, passez vos mains dans de l’eau chaude, cela ramollira les tissus et vous pourrez plus aisément repousser les cuticules.

  • Je ponce mes ongles à l’aide d’un polissoir en peau de chamois

J’ai eu ce petit objet incongru par d’adorables clients que j’avais chaque vendredi soir alors que j’étais serveuse dans un restaurant du Ve arrondissement. J’étais un peu surprise à ce moment puisque je n’avais aucune idée de ce que c’était. Et la gentille dame m’a expliqué que cela servait à polir les ongles et à les rendre brillants. Et en effet, alors que cette peau de chamois et son manche en écaille ne payaient pas de mine, j’ai été surprise lors de mon premier essai. Mes ongles rutilaient et il ne faut pas longtemps pour leur rendre une apparence soignée, et ce sans appliquer le moindre vernis ! Cette étape est devenue un passage obligé dans ma routine, et la matière est tellement douce et agréable.

peau-de-chamois

  • J’applique une crème dédiée aux cuticules et aux ongles

J’en ai trois en ma possession. Une de Burt’s Bees au citron vert, une seconde au concombre de la marque Alessandro, qui m’a été offerte à la fin de mon stage au Madame Figaro, et la troisième qui est la fameuse Crème Abricot de Dior. La première est légère, assez huileuse et l’odeur un peu piquante. Je ne lui ai pas trouvé grand effet. La seconde, plus crémeuse, est bien plus nourrissante et pénètre vite si bien que je peux attaquer ma manucure peu après avoir appliqué cette crème. Enfin, la Crème Abricot, véritable petit investissement a été ma pire déception. Elle sent divinement bon, certes, mais elle colle. Mon Dieu, c’est terriblement désagréable, d’autant plus qu’elle met énormément de temps à pénétrer. Et pour ce qui est de l’effet sur les ongles, certaines disent que cette crème est miraculeuse. Personnellement, je n’ai pas vu mes ongles se porter mieux après deux semaines d’application quotidienne.

alessandro-burts-bees-ongles

  • La base, fondation de la manucure

Ensuite, j’applique une base. J’ai depuis un certain temps la base basique d’Essie, mais je commence à la trouver un peu light pour mes ongles, qui ont parfois tendance à se dédoubler. J’en cherche ainsi une qui soit plus nourrissante. Pour les dédoublements, j’utilise en cure de deux semaines deux fois par an, le durcisseur extra-fort Hérôme. Certes, la composition n’est pas exemplaire puisqu’il contient du formaldéhyde mais il marche du feu de dieu, si bien que je ne jure que par lui, et que je n’hésite pas à en faire une cure dès que mes ongles en ressentent le besoin.

essie-first-base

J’espère que ma petite routine vous a plu. De quelles étapes est constituée la vôtre ?

À très vite,
Jade